Le changement intérieur pour faire évoluer ses expériences de vie

Chaque être est unique et vit en conséquence des expériences de vie qui sont elles-mêmes uniques.
Le principe d'unicité permet d'expérimenter le vivant d'une unique manière, qui est propre à soi.
Les expériences de vie qu'un être expérimente ne sont pas liées au hasard, elles sont en corrélation avec ce qu'il est, avec sa vibration, son comportement.
En d'autres termes, l'être attire à lui des expériences de vie qui sont à l'image de lui-même.
Tant que cette connaissance n'est pas acquise, l'être reste bloqué dans la croyance que la cause est extérieur, plutôt qu'intérieur. 


Chaque être a le pouvoir, en tant que principe évolutif par nature, de faire évoluer ses expériences de vie. Ce pouvoir de faire évoluer ses expériences de vie tient au fait d'évoluer soi-même.
C'est grâce à une transformation qui est propre à soi et en même temps, grâce à une certaine délivrance liée aux conditionnements cérébraux relatifs au monde en lequel l'être est incarné. 
Ces conditionnements pouvant avoir un effet négatif et non-propice à l'évolution, cela en le confortant dans une certaine condition intérieure, parfois dévalorisante ou qui soit susceptible d'attirer à lui des expériences négatives. Cette condition est nourrie par l'être, par le fait qu'il s'y identifie, mais l'introduction de celle-ci vient souvent du fait d'une certaine influence extérieure, comme celle relative à la société ou à d'autres êtres.
C'est le manque de conscience qui rend l'être influençable et qui l'amène parfois à se comporter d'une manière qui au fond, n'est pas à l'image de ce qu'il est fondamentalement. 


L'influence de la société ou de d'autres êtres peut parfois être la cause pour laquelle un être se comporte de telle ou telle façon. Un individu peut se mettre à se comporter d'une certaine façon simplement de par une certaine influence extérieure donc. 
Cela peut être l'influence d'un être ou d'un groupe d'êtres, qui vont pousser l'être à s'identifier à un rôle en particulier. Par exemple, l'identification au rôle du bandit va conduire l'être à se comporter d'une certaine manière, un comportement qui ressemble donc à ce rôle, ce qui de manière logique attirera des expériences de vie qui seront en corrélation avec ce rôle et le comportement lui étant propre. 
Pour autant, ce rôle n'est pas représentatif de ce que l'être est réellement, à l'image d'un acteur de cinéma qui incarne un rôle pour le besoin d'un film, cela n'est qu'un rôle et non ce qu'il est vraiment. 


Dans l'expérience Humaine, l'influence de la société joue également un rôle important dans la manière dont les individus se comportent.
La société ayant tendance à créer des cases et des rôles pour tout, parfois dans un objectif de créer un sentiment de supériorité et d'infériorité, un sentiment qu'il existe des êtres plus importants que d'autres. 
Par exemple, selon la culture, le "rang" social ou l'endroit de naissance, les êtres peuvent être amenés à se comporter d'une façon totalement différente.
Le bourgeois doit se comporter d'une certaine façon, le banlieusard lui à ses comportements qui lui sont propres. Tout cela ne sont que des rôles qui en aucun cas caractérise ce que l'être est vraiment.

C'est bien souvent que les individus sont dès leur naissance conditionnés à ces rôles préétablis par la société, pour certaines raisons parfois confortés en ceux-ci, et tous ces rôles attirent des expériences de vie qui ressemblent à ces derniers.
Pour citer un autre exemple, il pourrait être cité ici le rôle de la femme ou de l'homme, l'identification à ce rôle amène l'être à se comporter selon certains codes préétablis par la société, c'est donc un comportement qui n'est pas naturel et qui ne va pas refléter ce qu'est vraiment l'être.
Ces rôles peuvent se révéler parfois limitant et ont souvent tendance à étouffer l'aspect singulier de chaque être, ceux-ci peuvent même former de véritables blocages psychologiques qui, avec le temps et l'habitude de l'identification, se renforcent et dont par la suite il devient difficile de se défaire ou de s'en libérer d'un point de vue cérébral.

Dans l'expérience humaine, ces conditionnements cérébraux débutent dès le jeune âge et produisent très rapidement une certaine influence sur l'être. Un individu peut très vite être façonné selon des critères extérieurs.
Cela crée souvent des sociétés où les êtres se ressemblent et où l'expressivité créative et singulière de chacun est en retrait. Les êtres n'évoluant pas dans la liberté et étant très vite conditionnés à une certaine norme préconçue, influencés par des schémas de vie tout tracé.
C'est aussi ce qui crée de la frustration chez certains êtres à un moment plus éloigné de leur vie, comme une impression de ne pas s'être totalement écouté, de n'avoir pas vécu selon ses propres choix, d'avoir été entraîné à suivre des schémas de vie qui ne correspondent pas vraiment à soi.
C'est souvent tout un processus d'influence en réalité, parfois dans un but bien précis, comme le fait de générer des clivages et d'instaurer une certaine hiérarchie sociétale ou alors afin d'amener un groupe d'individus à se mettre au service des intérêts de quelques êtres. 

Ces conditionnements agissent donc comme des couches qui petit à petit s'épaississent et finissent par occulter totalement la nature de l'être.
À l'image de différents déguisements dont l'être se recouvrirait jusqu'au point d'en oublier ce qu'il est vraiment. L'identification répétée à ces couches font que celui-ci finit souvent par sortir totalement de ce qu'il peut être au naturel et en son essentiel, ce qui peut ne pas faciliter par la suite la reconnaissance de sa véritable nature, qui elle est nue de tout rôle, de tout conditionnement.
En effet, le chemin de reconnaissance intérieure nécessite un déshabillage, une mise à nue intérieure, un arrêt de toute identification afin de revenir à l'essentiel de soi par un certain abandon.
Il est possible dans les débuts que cet abandon puisse se révéler inconfortable, dans un sens où même si ces conditionnements ne sont pas représentatifs de ce que l'être est vraiment, ceux-ci lui offrent une certaine stabilité intérieure, bien que très relative et impermanente puisque liée au mouvement, à la relativité.
L'être étant habitué d'une manière générale à être très habillé, ce qui a aussi pour conséquence d'alourdir et de complexifier la nature psychologique, il doit ici se découvrir intégralement, revenir au vide et à la nudité, pour pouvoir renouer avec sa réalité fondamentale. 
C'est ce retour à l'essentiel qui permet la délivrance intérieure et qui par la suite permettra d'offrir à l'être une nouvelle stabilité, stabilité qui sera permanente, puisque étant en lien avec un principe au-delà du temps et de l'espace et de nature absolue.
C'est l'Amour, qui est complétude et au-delà de tout rôle, et qui se découvre par le fait de s'abandonner et d'ouvrir son cœur.

Les rôles ne contraignent pas les individus dès lors que ceux-ci restent des repères ou des outils permettant la vie en société, il s'agit simplement d'utiliser ces rôles avec discernement, dans la compréhension qu'ils ne sont que des outils et qu'ils ne sont pas soi. C'est l'identification à ceux-ci qui finit souvent par contraindre l'être, les êtres finissant souvent par se construire une identité autour de ces rôles, comme si ceux-ci finissaient par les déterminer pour ce qu'ils sont vraiment.
Tout est ici une question d'approche, mais qui finalement fait toute la différence, l'une permet à l'être de rester dans le cœur et de rester libre, c'est l'approche du détachement et du discernement, et l'autre finit par créer un enfermement psychologique, c'est l'approche de l'identification et de l'attachement. 
La première est un mouvement de la conscience, le deuxième est un mouvement du mental.

Ainsi, cette évolution des expériences de vie est bien sûr rendue possible dans un premier temps grâce au simple fait de changer de comportement, mais d'une manière qui soit plus profonde grâce au fait d'une certaine délivrance intérieure et de reconnaissance de sa véritable nature, de son essentiel.
C'est donc grâce à une reconnexion progressive à sa propre conscience, à l'essentiel de soi-même, à ce qui nous caractérise au-delà de tout conditionnement.

Car en effet, qui suis-je au-delà de tous ces conditionnements, de tous ces rôles ? de mon statut professionnel, de père ou de mère, d'homme ou de femme ? de mon prénom ? suis-je une personne ? 
Cela peut être un début d'introduction au cheminement intérieur où le lâcher prise des pensées, des croyances, des émotions, de tout ce qui peut produire l'effet d'une certaine influence et d'un certain conditionnement donc, va être requis afin de permettre l'évolution et la réalisation progressive de sa véritable nature.

 

Ce début d'ouverture intérieure et d'engagement va avoir un effet vibrant qui va permettre d'élever la fréquence de l'être et rendre possible le principe d'ascension.
En changeant de bande de fréquences, celui-ci peut définitivement tirer un trait sur l'expérience des densités inférieures et les fréquences leurs étants propres (L'évolution de la singularité s'inscrit dans l'ADN de manière fixe, en d'autres termes, une fois que l'être est passé dans la densité supérieure il ne peut pas perdre son niveau d'évolution, même si plus tard celui-ci décide de s'incarner dans des densités inférieures pour par exemple aider d'autres singularités, son niveau d'évolution reste inscrit dans l'ADN. Il lui sera nécessaire cependant de réactiver son ADN d'origine pour pouvoir retrouver son niveau de conscience dans le plan d'incarnation.).
Cette nouvelle densité étant un début de contact avec l'Unité, le principe de naissance et de mort prendra une autre tournure en ce nouveau cycle.
Cette densité n'est pas encore la densité de la vie éternelle mais celle qui introduit progressivement un début de contact avec la notion d'éternité, l'Amour.

L'être est donc ici engagé dans ce chemin de reconnaissance intérieure jusqu'à la densité de la réalisation spirituelle, jusqu'à la fin du chemin donc, de nature absolue.
Plus l'être va évoluer en ces densités supérieures, plus il pourra accéder progressivement à plus de conscience, ainsi qu'à plus de joie, de paix et de liberté. 
En effet, plus l'être évolue et monte en densité, plus il peut faire l'expérience d'une liberté qui soit plus élargie, plus les énergies sont subtiles, pures et légères, moins il y a de souffrances et plus les expériences de vie sont simplifiées.
Dans le cas contraire, plus la vibration est basse, plus les énergies sont denses et lourdes, plus l'expérience de la liberté est réduite, les expériences de vie sont plus complexes et peuvent être potentiellement plus empreintes de difficultés, de souffrances et de douleurs.
Cela ne signifie pas pour autant qu'il n'y a pas de joie en ces densités, mais que celle-ci reste très relative et impermanente puisque séparée de la notion absolue. 

 

L'être Humain n'est pas spécialement censé stagner, il est naturellement invité à évoluer. 
Cependant, de par le principe universel du libre-arbitre, cette évolution dépend de la capacité et du choix de chacun, c'est un choix propre à soi, ce n'est donc pas un principe qu'il est possible d'imposer à autrui.
D'une manière évidente, tant que l'être ne fait pas un choix d'évolution intérieure, quel que soit le chemin, celui-ci stagne en des densités qui offrent une expérience de la vie réduite et donc non réellement à l'image de ce qu'il est censé faire l'expérience, c'est-à-dire de tout ce qui est.
En effet, le chemin de reconnaissance intérieure est un chemin de développement de soi, à l'image d'un enfant qui se développe et se forme dans le ventre de sa mère avant de naître, c'est la formation d'un nouveau multiple de l'Unité.
Comme le développement du nouveau né à un âge plus avancé permet d'offrir une plus large et plus profonde expérience de la vie, c'est ce développement de soi, en d'autres termes, la formation de son propre corps d'Amour et de Lumière, qui permet d'offrir une expérience bien plus vaste que ce que les êtres humains peuvent par exemple expérimenter actuellement à partir de la personnalité.
L'Amour étant toute chose, la réalisation spirituelle est par conséquent l'expérience de tout ce qui est.


Un point qui mérite amplement d'être cité et qui est susceptible de faire évoluer positivement ses expériences de vie, est le changement de mode de vie, ce qui est aussi lié finalement au fait d'évoluer soi-même, par le fait de se prendre en main, de s'éduquer et de se responsabiliser.
L'importance d'une alimentation naturelle est largement sous-estimée en cette société. L
'empoisonnement du corps physique n'est souvent pas pleinement conscient, de nombreux êtres pensent être en bonne santé alors qu'ils ont en réalité un corps profondément pollué et malade.
L'absence de symptôme n'est guère un facteur suffisant permettant de déduire qu'un individu a une santé optimale et n'est pas malade. Les modes de vie toxique en tout point participent à altérer le système immunitaire, mais aussi à rendre le corps léthargique et à atrophier l'intelligence. 
D'un point de vue spirituel, ceux-ci vont participer à baisser le taux vibratoire du corps physique, ce qui peut altérer la connexion avec la Conscience et produire davantage de mal-être ainsi qu'une absence de joie. 
L'importance du mode de vie n'est pas à sous-estimer, et bien que le corps physique demeure une manifestation éphémère de soi-même, il reste le véhicule d'incarnation et l'outil de réalisation spirituelle, son respect et sa santé sont essentielles.

Un plus grand respect du corps physique peut donc être une porte ouverte sur la Conscience.
Cet Amour que l'être peut porter à son corps est vibrant, comme peut l'être un fruit de la nature, et en même temps, le fait d'être dans cette optique d'indépendance et de prise en main offre de la joie et de la motivation.
C'est un début d'entrée en un cercle vertueux, prise en main et responsabilisation/indépendance/amour/mode de vie respectueux du corps et alimentation naturelle/connexion avec la nature/meilleure santé physique et mentale/reconnexion spirituelle/élévation du taux vibratoire/évolution intérieure/etc... et la sortie du cercle vicieux, victimisation et infantilisation/dépendance/peurs/alimentation dénaturée et toxique/basse vibration/maladie/moyen de guérison chimique/léthargie du corps et de la conscience/maladie/etc...
Tous ces facteurs vibratoires vont donc être favorables à cette reconnexion à la Conscience et peuvent être susceptibles d'amener l'être à l'intériorisation ainsi qu'à s'intéresser à son essentiel. 
Il ne s'agit pas ici de cultiver l'identification au corps physique mais simplement de lui témoigner du respect et de l'amour en tant que véhicule d'incarnation rendant possible l'expérience humaine. 
Le corps physique n'est qu'un tout petit morceau de ce que l'être est, pour autant, si ce petit morceau a une vibration trop basse ou est encrassé/pollué, cela a pour conséquence d'handicaper le reste du potentiel. 

Un monde peut quant à lui évoluer positivement seulement si les individus sont eux-mêmes dans une optique d'évolution intérieure.
Un changement significatif passe donc nécessairement par un changement intérieur, qui est propre à chacun.
Un monde harmonieux et évolué est donc un monde où les êtres sont eux-mêmes évolués, c'est un monde où chacun se prend en main et fait un travail sur lui-même afin d'adopter un comportement propice à des conditions harmonieuses.
Un monde ne peut vraiment évoluer tant que les individus sont dans la croyance que le changement doit être extérieur, plutôt qu'intérieur. 
Moins les êtres sont dans une optique d'évolution intérieure, de grandir en Amour et en Lumière, plus les conditions sont susceptibles de se dégrader voire de devenir infernales.
Terre Mère est ici un monde qui peut servir d'exemple, c'est-à-dire où les individus ce sont petit à petit désintéressés de cette évolution en conscience et en sagesse pour s'intéresser exclusivement à l'assouvissement de désirs plus personnels et primaires.

 

L'histoire de l'Humanité est majoritairement l'histoire d'un déclin et non vraiment d'une évolution, c'est l'histoire d'une dégradation progressive de l'ADN de par l'altération progressive du mode de vie et dans la foulée d'une baisse du niveau de conscience. 
C'est le passage d'un monde originellement conscient, axé sur l'unité et le partage, l'évolution de la singularité et le développement de la sagesse à un monde majoritairement mental, axé exclusivement sur l'assouvissement de désirs personnels et qui se limitent à l'aspect physique, primaires donc. 
L'avènement de l'industrie aura apporté son lot de conséquences négatives comme la pollution de l'air, de l'eau, de la nourriture et ainsi progressivement du corps physique jusqu'au psychisme.
Le passage d'une médecine vivante, empreinte de bon sens, de sagesse et de philosophie, aux moyens de guérison régénérants et naturels à une médecine dogmatique, où l'amour des intérêts l'emporte sur l'amour de la philosophie et aux moyens de guérison majoritairement chimiques et transformés. C'est aussi le passage progressif d'une alimentation naturelle, vibrante et vivante et donc propice à la bonne santé à une alimentation modifiée, morte et sans minéraux, rendant les êtres léthargiques, dépendants et malades.
Ces facteurs, alliés à l'absence de pratique spirituelle, ont entraîné une baisse du taux vibratoire et ont participé progressivement a altérer l'ADN et à déconnecter les êtres vivants de leur conscience. 
Cette transition peut s'expliquer simplement, l'offre de la nature est gratuite, celle de l'industrie est payante.
Encore une fois, tout n'est qu'une question de pouvoir et d'intérêts personnels via la ruse et la manipulation.
Les modes de vie simples et tranquilles, axés sur l'évolution intérieure et l'unité, le juste-milieu et le partage ont été progressivement remplacé par des modes de vie stressants et infernaux, axés sur le toujours plus et le matérialisme, sur l'égocentrisme et le chacun pour soi.
Mère Terre est en effet un monde colonisé qui a subi l'influence d'êtres évoluant sur une voie négative. 
C'est un monde à bout de souffle qui s'apprête à mourir pour renaître selon les principes universels et rétablir le sens premier de l'existence Humaine, l'expérience de la vie alliée à l'évolution de la conscience et l'épanouissement intérieur.

Avec tout mon Amour.
Maxime.