Le retour du sauveur intérieur

En ce cycle d'évolution, de nombreuses institutions auront récupéré certains enseignements spirituels de manière qui ne reflète pas forcément l'état d'esprit originel véhiculé par l'individu duquel celles-ci s'inspirent.
Avec le temps et l'influence de la voie négative, certains individus liés à ces institutions auront détourné ces enseignements afin de nourrir une certaine vanité personnelle, de s'en servir pour s'élever au-dessus des autres, pour finir finalement par enseigner tout le contraire de ce qui était autrefois partagé.
C'est ainsi que les spiritualités vivantes, empreintes de principes universels et basées sur l'évolution ainsi que l'épanouissement des singularités dans le présent, ont progressivement été remplacées par des enseignements dogmatiques, basés sur des croyances et des préceptes mentaux, jusqu'à être souvent dépourvus de toute notion d'évolution intérieure.

Des points de vue de l'Amour, autrement dit des êtres accomplis spirituellement, ont autrefois partagé leur enseignement sur la réalité afin de permettre aux Âmes de s'éveiller à leur tour et de reconnaître cette vérité en leur cœur.
Ces enseignements avaient pour but d'aider les êtres à trouver cette indépendance intérieure et à renouer avec le principe divin qui les caractérise, avec leur véritable nature. 
Bien au contraire donc, il n'était pas question d'alimenter une certaine dépendance mentale vis-à-vis du monde, mais bien d'aller dans le sens d'une délivrance intérieure, d'une transcendance de ce même mental.
Ces êtres représentaient l'exemple à suivre pour ceux et celles à la recherche de cette vérité, ils étaient des témoins vivants de celle-ci, de cet Amour qu'il avait incarné et dont ils étaient conscients.
C'était un message vivant, qui avait pour but d'inviter les êtres à ouvrir leur cœur avec sincérité afin qu'il puisse ainsi faire l'expérience, eux-mêmes, de cette vérité. 

C'était en conséquence une main tendue afin de suivre une spiritualité vivante et évolutive, une philosophie de vie porteuse d'une authentique transformation intérieure.
Il s'agissait de vivre cette réalité évoquée, de la refléter de par des comportements appropriés, et non de la nourrir à travers des concepts idéologiques et mentaux. 

Bien sûr, il existe toujours au jour d'aujourd'hui des êtres qui expriment cette réalité, que ceux-ci la vivent partiellement ou totalement. Ces enseignants du cœur, bien que parfois en retrait compte tenu des conditions délicates de l'expérience humaine, n'ont jamais cessé d'exister et d'enseigner.

 

Ainsi, avec le temps et notamment du fait d'une certaine mal compréhension voire altération de ces enseignements, le sauveur intérieur a progressivement été remplacé par un sauveur extérieur, la responsabilisation par l'infantilisation, l'indépendance par la dépendance.
C'est ici ce qui a permis à certains êtres, qui usaient de ces enseignements spirituels dans un but de gagner du pouvoir personnel, et en jouant sur l'émotionnel des adeptes, de maintenir une certaine domination, de maintenir les regards à l'extérieur.
L'idée ici de rendre les êtres dépendants de circonstances extérieures n'est pas vraiment dans leur bénéfice, et notamment pour ce qui est de leur propre émancipation intérieure, de leur propre évolution en Conscience/Intelligence.
Cela peut cependant l'être pour le groupe de personnes ou la personne qui dirige l'institution, dans le sens où elle peut ainsi garder un certain contrôle sur ces derniers et continuer de grandir en pouvoir personnel. 

 

Comme expliqués à travers les écrits précédents, les êtres engagés sur une voie négative évoluent par le fait de gagner en pouvoir personnel, qu'ils grandissent grâce à des pratiques de tromperies et de manipulation. 

Ces êtres ont pu par exemple reprendre le concept de Paradis ou d'Enfer, mais d'une manière qui soit détournée, qui puisse servir de chantage afin de garder les individus dépendants de ces préceptes institutionnels et qu'ils puissent ainsi continuer de nourrir le système pyramidal, comme par exemple à travers des émotions comme la peur.

Toutes les organisations dites religieuses que l'on retrouve à travers l'Humanité ne nourrissent pas forcément des préceptes négatifs, bien que rare, certaines auront durant ce cycle joué un rôle de préservation de l'être face aux influences extérieures le temps que celui-ci gagne en maturité et se développe en tant qu'être de Lumière. 

 

C'est fréquemment du fait d'une certaine peur que les Âmes ont du mal à s'émanciper de ces enseignements ou de la réflexion souvent dogmatique de ces institutions, celle-ci pouvant être profondément ancrée en l'être, jusqu'à parfois être la cause de traumatismes ou de divers troubles psychologiques. 
Les institutions dont il est ici question ne sont pas que de nature religieuse, elles peuvent être également de nature politique, médiatique, médicale, en d'autres termes, relatives à tous les domaines d'une société. 
La peur représente un outil de contrôle et de domination puissant, elle constitue une énergie noire qui permet de tenir et d'alimenter le système négatif, le système pyramidal.
Il est encore possible de remarquer cela à l'heure actuelle, et notamment à travers les médias et les politiques, qui procèdent souvent de manière très anxiogène et négative.
La raison de cela est que ces institutions sont au service du système pyramidal, elles fonctionnent donc de manière à aller dans l'avantage de ce système.
L'objectif occulte étant de maintenir un certain climat de peur chez les populations, afin que celles-ci puissent continuer de représenter une importante source d'énergie noire permettant d'alimenter le système pyramidal et ceux qui évoluent en son sein. ​

Beaucoup d'êtres au service de ces institutions n'ont pas du tout conscience de ce qu'ils servent d'un point de vue plus occulte, nombreux sont ceux qui probablement partiraient s'ils étaient davantage conscients du système pyramidal et de ses objectifs obscurs à travers l'Humanité.

La peur est l'authentique contraire de l'Amour et c'est aussi cette inversion de paradigme qui est en cours actuellement, c'est-à-dire la fin du système de la peur pour un système plus ancré dans la confiance et l'Amour.
L'expansion de l'Amour et donc de la Conscience, de la Liberté et de l'Unité lui étant relatifs, peut mettre en péril un tel système.

Le retour du sauveur intérieur est aussi la fin de l'infantilisation et une invitation à la responsabilisation.

Un être infantilisé et dépendant, c'est un être qui est dans l'attente de circonstances extérieures, qui n'est pas dans une optique de responsabilisation et de prise en main, d'évolution intérieure.
C'est aussi un être qui est plus susceptible d'être influencé ou manipulé, du fait notamment de ne pas être en capacité de réfléchir par lui-même ou de faire preuve de discernement.
Tant que celui-ci reste bloqué dans la croyance que son salut va venir de l'extérieur, de par probablement une institution ou un être en particulier, cette croyance a effet d'agir comme une chaîne qui maintient son regard tendu vers l'extérieur, détourné du cœur donc.
Comme cela peut l'être pour l'Âme qui recherche le vrai Amour, mais à travers autrui.

Tant que la compréhension d'être pour soi-même son propre sauveur n'est pas pleinement intégrée, il ne demeure pas possible pour cet être de trouver un salut ou un Amour qui soit véritable et qui dure. 
Cela s'explique par le simple fait que l'être porte en lui-même, en son propre cœur, le principe absolu et divin, c'est-à-dire l'Amour, qui est grâce et complétude. 
Comme il a déjà été expliqué auparavant, seul cet Amour peut offrir une délivrance, un amour, une joie ou une paix qui soit absolue, par le fait d'ouvrir son cœur et de l'accueillir en soi.
Tant que l'être garde son cœur fermé au principe divin, celui-ci continue de faire l'expérience d'une réalité incomplète et relative.

 

C'est souvent la maturité qui mène l'être à tourner le regard vers l'intérieur et qui lui permet d'avoir une meilleure compréhension de ce que peut représenter l'au-delà. 
En effet, l'au-delà n'est pas un lieu dont une personne fait l'expérience, mais une réalité existante au-delà du principe du corps physique et de personnalité. Cet au-delà est l'Amour, qui est le fondement de la réalité et qui se situe au-delà de ce qui est percevable, et qui est parfait.
Comme expliqué, le principe de personnalité n'a aucune vraie existence fondamentalement, ce sont des croyances auxquelles l'être s'identifie et qui créent par la même occasion un sentiment de séparation. Ce n'est donc pas la véritable nature de l'être, qui est au-delà de la relativité, autrement dit du temps et de l'espace.
Ainsi, tant que les yeux ne se tournent pas vers l'Éternité, vers l'Amour, qui est la nature fondamentale de l'être, celui-ci reste dans la croyance d'être une personne mortelle vivant dans le temps et l'espace. 
Le principe de réincarnation inconsciente reste donc effectif pour cet être, jusqu'à temps qu'il prenne un chemin d'évolution intérieure et qu'il accède à la vie éternelle par le fait de s'unir au principe divin.

 

Ainsi, l'authentique salut ne peut venir dans un premier temps que par une responsabilisation individuelle et un engagement intérieur quant à rencontrer et à connaître la réalité, qui constitue la nature fondamentale de l'être. 
Cela est naturel, c'est ce qui permet à l'être d'évoluer. En effet, le fait d'être pour soi-même son propre sauveur permet d'amener l'être dans cette optique d'évolution et de travail intérieur.
Ce chemin d'évolution permet de lui offrir les apprentissages et les enseignements nécessaires avant sa naissance en tant que point de vue de l'Amour, et ainsi le sentiment de complétude. 
C'est donc pour son propre développement singulier, pour sa propre émancipation, cela permet de lui offrir le principe d'indépendance.
Autrement dit, l'être ne dépendra plus de circonstances extérieures pour être joyeux ou pour ressentir un sentiment d'amour et de liberté, tout cela lui sera offert d'une manière infinie et absolue.
Cette optique d'évolution de l'âme ne signifie pas pour autant qu'elle n'est plus susceptible de s'inspirer d'autrui ou d'être dans l'écoute, que des circonstances extérieures ne peuvent être pour elle la source d'un apprentissage ou d'une aide, mais celle-ci reste dans la compréhension que les autres ne viendront pas faire le travail à sa place, et que c'est bien à elle qu'il revient de s'engager intérieurement afin de renouer avec l'Amour, qui est sa véritable nature. 


Dans l'histoire de l'Humanité, il a souvent été entendu que la fin de cycle était en lien avec le retour d'un certain sauveur qui reviendrait sauver les Âmes et remettre de l'ordre sur Terre. 
Un point de vue plus mûre permet la compréhension que la fin de cycle n'est pas le retour d'un tel sauveur, mais bel et bien le retour du sauveur intérieur de par l'éveil des consciences.
C'est bien à chacun qu'il revient de se responsabiliser afin de construire un paradigme en phase avec les énergies du nouveau cycle. 
En aucun cas il s'agit de rester dans l'attente que cela viendra de l'extérieur, mais bien de s'engager intérieurement afin de construire ce nouveau paradigme, cette nouvelle réalité.
Plus les Âmes sont nombreuses à s'éveiller intérieurement et à nourrir cette nouvelle réalité, plus cela influence le conscient collectif et permet cette transformation.
Terre mère est un monde en évolution en pleine période de transition, l'état d'esprit et les énergies du nouveau cycle imprègnent de plus en plus la conscience collective.
Cette nouvelle réalité s'aligne sur les principes naturels et universels, c'est donc la fin progressive des anciennes lois personnelles qui pouvaient avoir des buts bien précis comme servir les intérêts de quelques-uns ou le contrôle des individus, celles-ci n'étant pas toujours respectueuses des libertés fondamentales.

 

De nombreux êtres recherchent la liberté en cette fin de cycle, et c'est aussi une des caractéristiques du nouveau cycle qui vient, une plus grande expérience de la liberté, de par la réintégration des principes universels et une conscience plus élargie.
Ce sont des temps de grâces pour ceux et celles qui s'éveillent, l'approche de ce nouveau paradigme a pour conséquence d'offrir de la joie dans les cœurs des Âmes engagées intérieurement. 

Bien sûr, ce sont également des temps de mouvement où le système négatif se défend et tente à tout prix de maintenir une réalité qui puisse être à son avantage.
Mais les temps sont inéluctablement prévus à l'Amour.
C'est ainsi.


Avec tout mon Amour.
Maxime.