La mémoire du présent

Ce nouveau cycle est un nouveau paradigme qui s'installe progressivement et qui nécessite un certain nettoyage ainsi qu'une certaine délivrance intérieure, il pourrait être enseigné d'un certain point de vue que c'est une transition de la mémoire psychologique à la mémoire du présent.
La mémoire du présent n'est pas psychologique, elle est le fait de se remémorer le vivant, le spontané et le naturel, qui se trouve ici et maintenant.
Alimenter la mémoire du présent permet à l'être de briser les chaînes de la mémoire psychologique, mémoire qui a pour conséquence de le restreindre ainsi que d'alourdir son expérience de la réalité, à l'opposée de la mémoire du présent, qui vient rendre celle-ci légère et davantage empreinte de pureté. 

La mémoire du présent est une mémoire subtile qui se cultive par le fait de poser sa conscience au niveau du centre énergétique du cœur, il est question en réalité de se remémorer le principe divin, c'est-à-dire l'Amour, qui est un éternel présent. C'est donc la mémoire de la Conscience, du sacrée en laquelle est contenue le mouvement, la manifestation. 
Cette mémoire n'est pas le résultat d'une quelconque identification personnelle, elle ne contraint pas l'être puisque indépendante et libre, c'est une mémoire pure qui se renouvelle en permanence dans l'instant présent.
La culture de la mémoire psychologique peut quant à elle représenter un frein à l'expérience de cette mémoire du présent, qui pour être vécue nécessite au contraire de passer par un certain lâcher prise, un certain détachement, à l'opposé donc de la culture de la mémoire psychologique, qui à tendance à maintenir l'être dans un certain attachement du passé et des expériences vécues, ce qui crée une tension en quelque sorte, une disharmonie. 


Se remémorer le présent permet de s'acquitter de toute distorsion, c'est la prise de conscience de l'Amour, qui est au-delà de la relativité, autrement dit du corps physique et de la personnalité, la mémoire psychologique quant à elle est propre au corps physique et à la personnalité. 
Cette culture de la mémoire psychologique à tendance à ramener l'être au corps physique, et peut donc potentiellement raffermir un certain enfermement intérieur et être la cause de blocage ne permettant pas de passer à autre chose. Dans un système où le corps physique et la personnalité sont cultivés à l'extrême, il est récurrent d'entendre parler du fait de se souvenir, par exemple d'une souffrance passée ou d'un événement en particulier, comme si cela était nécessaire.
Cela n'est souvent pas réellement à l'avantage de l'être, qui reste quant à lui bloqué dans une matrice souvent douloureuse et qui persévère à croire que ce qu'il a vécu est propre à ce qu'il est vraiment. 
En d'autres termes, la vie est une expérience, c'est une matrice en quelque sorte, bien que réelle, mais la nature véritable de l'être se situe au-delà de la relativité, l'être est un principe inaltérable, intouchable, inviolable (sacré). Le bonheur comme la souffrance, la naissance comme la mort, est une expérience propre à l'expérience humaine. Tant que l'être ne revient pas dans le cœur, dans le moment présent, là où il demeure en tant qu'essentiel, il continue d'être pris par la relativité, autrement dit par le temps et l'espace. 

Le fait de se remémorer le présent est le fait de nourrir les forces microcosmiques, qui sont propres à l'Amour. Afin de nourrir ces forces, l'être doit poser sa conscience dans le cœur, c'est-à-dire relâcher les forces liées à la personnalité, pour s'abandonner à l'Absolu. 
Cela peut être conceptualisé par une grève de la faim intérieur, où il s'agit de cesser d'alimenter le mouvement lié au corps mental et émotionnel, c'est le jeûne spirituel, où l'être renoue avec l'immobilité, le silence et le vide, propre à l'Amour.
C'est ce qui caractérise l'authentique méditation, qui n'est pas ici une pratique qui permet à l'être de développer des facultés psychiques, qui seraient davantage relatives à la personnalité, mais de revenir en cet espace d'Amour et de Lumière, par le fait de lâcher prise et de ne plus rechercher quoi que ce soit, simplement d'être dans l'accueil de ce vide et ce silence, permettant ainsi de le devenir.
C'est une pratique qui pour porter ses fruits doit être vivante et en laquelle l'être doit mettre de la conviction et de la beauté. C'est la mémoire de l'Amour, qui est aussi la mémoire du silence et de la paix sacrée.

 

Cette mémoire du présent est un retour à la Source, raison pour laquelle les pratiques lui étant liées ont tendance à être ressourçante et régénérante.
Choses qui ne peuvent guère être vraiment possibles tant que l'être n'apprend pas à se poser et à réceptionner, qu'ils alimentent sans cesse le mouvement du corps physique, mais aussi des corps mental et émotionnel. La déconnexion de l'Amour, autrement dit de la Source, ainsi que l'agitation perpétuelle, celle-ci souvent teintée de crainte et de stress, font aussi que l'être se fatigue plus vite et vieillit plus rapidement.
Dans une société où le mouvement est cultivé à l'extrême, il peut sembler inapproprié de s'arrêter pour méditer, cela ne fait pas partie de la manière habituelle de fonctionner. 
Par exemple, si un être devient immobile afin d'admirer quelque-chose, il est possible que cela intrigue et suscite l'interrogation des individus autours, la majorité des êtres en ce monde étant habitués à nourrir perpétuellement leur propre monde mental et émotionnel, sans réellement s'en extirper pour admirer la vie autour. 
C'est aussi la raison faisant que ce monde est en déséquilibre envers la polarité masculine, qui elle est liée au mouvement, à l'action, à l'opposée de la polarité féminine, liée à la réception et à l'accueil.
Le nouveau cycle actuel et le réveil de l'Amour dans les cœurs permettent progressivement de rééquilibrer le mouvement avec le repos, l'action avec l'accueil.

Dans un monde de mouvement, les êtres, de leur naissance jusqu'à leur mort, ne prennent pas vraiment le temps de se poser afin d'être dans la réflexion profonde, de se poser les questions essentielles et de sortir un tant soit peu dans leur propre agitation mentale et émotionnelle.
Le fait d'alimenter ces flux énergétiques et de s'identifier à ceux-ci produit la conséquence d'en devenir relativement esclave, comme si ceux-ci prenaient le dessus sur notre nature et qu'ils finissaient par nous diriger.
Les individus ne prenant généralement pas le temps d'accueillir ou d'apporter de l'attention sur ce mouvement, ce qui est lié à l'éducation où demeure une absence de pratique intérieure, et plus profondément un manque d'Amour de soi-même.

C'est aussi ce qui peut créer une perte d'intelligence et rendre l'être plus influençable, dans le sens où ces flux énergétiques, et notamment ceux liés au corps émotionnel, peuvent être stimulée par une source extérieure et devenir ainsi un moyen afin de dominer l'être.
Le fait de se remémorer le présent permet de se recentrer là où demeure l'être en tant qu'essentiel et ainsi de passer progressivement de la condition d'esclave de ses pensées et de ses émotions à être souverain et libre.
Encore une fois, seul l'Absolu (l'Amour) peut vraiment permettre cela, en rentrant dans l'expérience de l'être par l'entremise de cette porte du cœur. Cette porte s'ouvre à mesure que l'être est dans une optique d'Amour, quelle que soit la forme de l'Amour, il demeure la clé de cette ouverture. 

L'Amour est également la clé afin de mettre un terme définitif aux souffrances liées au corps mental et émotionnel, les vibrations de l'Amour ont un pouvoir de guérison absolu, afin d'en bénéficier l'être doit être dans le cœur, autrement dit dans l'ouverture et l'accueil.

Vivre l'instant présent est un concept récurrent dans les enseignements modernes. Cependant, quand il est question d'instant présent, il n'est pas forcément question de la mémoire du présent telle qu'elle est évoquée ici. En effet, cela peut être un concept relatif à la personnalité. Par exemple, la voie négative peut très bien reprendre ces concepts afin de moderniser son image, cela n'en demeure pas moins différent de ce que cela représente du point de vue d'une intégration positive. 
Ainsi, le concept d'instant présent peut également être utilisé par les êtres évoluant sur une voie négative, la différence résidera cependant dans le fait que dans une voie négative, c'est l'être identifié à sa personnalité qui s'ancre dans le moment, cela reste un concept mental, une manière de vivre, alors que dans une voie positive, cela demeure aussi une manière de vivre, mais la pratique n'a pas pour objectif de s'ancrer en tant que personnalité dans le moment présent, mais de relâcher la personnalité afin d'intégrer l'Amour, qui est un éternel présent. Le moment présent n'est plus ici un concept mental, cela concerne directement ce qu'est l'être en sa véritable nature. 
Une singularité consciente n'est pas une personne vivante dans le temps et l'espace, elle est une expérience directe du présent, par le fait d'avoir incarné la nature réelle de l'Amour. 
Il n'est guère possible de parler de voie positive sans parler de l'Amour, puisque étant la base de cette voie, c'est le principe absolu qui caractérise cette voie d'intégration.
L'Amour est scientifiquement parlant un trou noir, autrement dit une absence sans temps ni espace, qui permet l'effondrement des forces liées à la relativité. 
Plus le cœur s'ouvre et l'Amour grandit, plus cela permet la dissolution des croyances, autrement dit de la personnalité, qui n'est pas représentative de ce que l'être est.
Lorsque l'Amour est total, autrement dit lorsque la personnalité s'est totalement effondrée dans le trou noir, la Lumière se révèle, c'est l'absence qui révèle la présence, la mort qui révèle la naissance, le simple fait d'être rien permet d'être tout.
Selon la variante de la voie positive, la Lumière se révèle à la fin de l'expansion du trou noir ou au fur et à mesure que celui-ci s'expanse, autrement dit à mesure que la personnalité s'abandonne. 


 

 

 

 

 

 

 

 

La contemplation de la nature constitue également une pratique régénérante qui peut participer à calmer le mouvement mental. C'est une pratique vibratoire qui possède un véritable pouvoir de guérison intérieure et qui peut aider à se recentrer dans le présent. 
Le mouvement de la nature n'est pas un mouvement à contre-courant, c'est un mouvement harmonieux et naturel qui s'exprime dans le présent de manière spontanée et vivante.

C'est le contraire des êtres, qui à travers leur personnalité, cherchent à tout contrôler, qui vivent à contre-courant et qui n'ont pas saisi le mouvement de la vie, qui de manière exacerbée cherchent à tout anticiper, à tout programmer, et qui finissent parfois par être déçu quand le mouvement de la vie en décide autrement.
Cette manière de vivre n'est pas naturelle et créer une tension, une disharmonie, elle est notamment liée au fait que les individus vivent dans la crainte, plutôt que dans la confiance. 
C'est un cercle vicieux qui amène les êtres à la survie, au stress et à l'inquiétude, à l'opposée de la confiance, qui amène à vivre selon le mouvement apaisant de la vie, et qui est davantage source de joie. C'est lâcher prise pour revenir dans l'espace du cœur et apprendre à vivre selon sa véritable nature et non plus selon le mouvement mental et émotionnel, qui finit souvent par devenir trop dirigiste et dont il devient difficile par la suite de se délivrer. 
Cette identification ne permet pas à l'être de vivre véritablement et l'amène à la survie, ainsi qu'au sentiment de n'être jamais contenté, ces mouvements étant liés à la relativité, à ce qui ne peut donc être source d'une authentique complétude. 
Ainsi, tant que l'être suit les désirs relatifs à son mental ou à ses émotions plutôt que les désirs du cœur, ils continuent d'être dans la survie, plutôt que dans la vie, ainsi que dans l'insatisfaction permanente puisque dans la séparation de la Source.
En d'autres termes, ces désirs l'écartent de l'essentiel et ne sont souvent pas représentatifs de réels besoin, d'une manière plus profonde, ceux-ci l'écartent de ce qu'il est vraiment, ils maintiennent son attention dans l'aspect relatif de la réalité, ils sont la nourriture d'une personnalité qui elle-même est relative. 

Ainsi, se remémorer le présent signifie fondamentalement se rappeler de sa véritable nature, qui est Amour, c'est un retour à Soi, à son essentiel, qui est au-delà du temps et de l'espace.
La réalisation de soi permet de ne plus dépendre de la relativité et ainsi de n'être plus pris par son mouvement.
Pour ce fait, il ne s'agit plus vraiment d'essayer d'exister, mais simplement d'exister, de vivre plutôt que de chercher à vivre, de se laisser porter avec confiance par le mouvement intelligent de la vie, dans la conscience que tout va bien en réalité et que tout est déjà parfait en valeur absolue.
Il est maintenant temps de vivre en harmonie selon l'Amour et ses lois, ses principes universels. Adieu personnalité.

 

Je vous souhaite d'être dans l'Amour.
Maxime.


 

eclipse-2695627_1280.jpeg

Une Singularité ou Source peut également être imagée par l'éclipse solaire, l'Amour, le Non-manifesté et les contours qui représentent le manifesté, la Lumière.