Des temps de grâce

La période de fin de cycle est comme une remise à zéro, un pardon accordé à tous les êtres vivants afin de permettre de passer à autre chose, et notamment ici à un nouveau cycle. 
Ce sont des temps de grâce, ainsi que d'éveil intérieur pour certains, où Terre Mère et les êtres vivants reçoivent des énergies plus pures et vibrant plus hautes, afin de permettre le principe d'ascension et un grand nettoyage, et notamment de la conscience collective et des parts d'ombre.

 

Cette période va permettre d'offrir aux Âmes en expérience Humaine l'opportunité de repartir en de meilleures conditions, que cela soit avec Terre Mère ou un autre monde en évolution. 

Un certain nombre d'Âmes plus avancées dans leur chemin, ainsi que de Sources de l'Absolu, incarnées ou hors incarnation, permettent actuellement de par leur présence, un grand travail de nettoyage et aide à introduire progressivement la venue de ce nouveau cycle.
C'est un travail conséquent, qui prend un certain temps, compte tenu de l'expérience Humaine et des conditions particulières, où les parts d'ombres et autres distorsions sont importantes.

La pureté des énergies provenant du système solaire, mais aussi donc de certaines singularités permettent ainsi de nettoyer ces distorsions et ces parts d'ombre, mais aussi d'ancrer une fréquence plus haute et une énergie plus légère, plus pure, plus en phase avec le cycle qui suit.
Même le véhicule d'incarnation, le corps physique, doit se modifier et devenir plus subtil, c'est une étape nécessaire afin de permettre l'évolution et l'intégration progressive du principe divin.

 

La fin de cycle est une période d'ascension.
Cela équivaut ici à l'ouverture du centre énergétique du cœur, c'est cette ouverture qui va marquer le début de l'engagement intérieur quant à la reconnaissance de soi en sa véritable nature.
C'est un moment propice à l'éveil spirituel, qui est un principe naturel qui survient lorsque l'être a la capacité de résonner avec une fréquence plus haute, lui permettant ainsi de passer dans une densité supérieure afin de continuer son évolution.
L'éveil spirituel introduit le début du cheminement de reconnaissance intérieure et la réalisation sa fin. 
Les êtres Humains qui le choisissent et qui ont la capacité d'être en phase avec la nouvelle fréquence vont donc ascensionner et continuer leur évolution avec Mère Terre à travers un nouveau cycle, cela jusqu'à la densité de la réalisation spirituelle. 

L'éveil spirituel va donc conduire l'être à un engagement intérieur où il va renouer progressivement avec sa véritable nature, c'est-à-dire l'Amour.
Cela peut se manifester comme un besoin intérieur profond de revenir à ce qui essentiel et davantage nourrissant pour l'Âme, à une volonté de changer de mode de vie, qui soit plus paisible et naturel, plus respectueux du corps.
C'est un moment d'éveil intérieur où l'être est plus sensible au monde qui l'entoure et où il prend davantage conscience de la matrice artificielle, conçue pour servir des objectifs et intérêts personnels, relatifs aux êtres évoluant à travers le système pyramidal.
C'est donc une matrice montée de toute pièce, une matrice allant davantage dans le sens de l'enfermement de par des conditionnements cérébraux et systèmes de croyances spécifiques. 
Cette matrice n'est pas vraiment favorable au libre-arbitre, compte tenu du fait qu'elle implique, dès le jeune âge, et notamment à travers l'éducation, un certain conditionnement ainsi qu'une certaine influence liée à l'idéologie du système pyramidal.

D'une manière plus simple, c'est le remplacement des principes universels par des principes personnels.
Cela peut s'expliquer par le fait que les individus qui évoluent à travers le système pyramidal recherchent le pouvoir personnel, ce qui nécessite un besoin de contrôle des individus, afin de les mettre au service de ce système et de servir leurs objectifs. 

C'est donc aussi en même temps un moment où la volonté est à la délivrance et à l'émancipation, à la fois liée aux expériences de vie et intérieur, c'est-à-dire liée à l'essentiel de l'être.
La délivrance absolue ne peut venir que par un travail d'intériorisation, elle est un abandon de toutes les distorsions, comme les croyances, pensées et émotions, dont l'identification pouvait produire l'effet d'une certaine influence voire prison pour l'être intérieurement.
L'Amour, c'est-à-dire le principe créateur, est liberté absolue par nature, la délivrance n'est que l'incarnation progressive de ce que l'être est fondamentalement par l'abandon de ce qu'il n'est pas. 

C'est un abandon à l'Amour, à Dieu, à la Conscience, à sa véritable nature, qui est un principe subtil, au-delà de la relativité, du temps et de l'espace. 
Ni les croyances ni les pensées ni les émotions ne sont représentatives de ce que l'être est véritablement, elles sont des flux d'énergies propre à l'expérience humaine qui se nettoient et se purifient avec la pratique spirituelle. 


Ainsi, cet éveil inclut d'importantes remises en question, de nombreuses croyances vont devoir être remise en question et c'est aussi ce qui peut rendre ce début d'éveil parfois intense et déstabilisant, l'être étant d'une manière générale habitué à ses croyances, jusqu'à pouvant même croire que celles-ci soient une vérité absolue.
C'est le début de la recherche une vérité autre, tout d'abord à travers des livres et des enseignements, une vérité hors des sentiers battus, de ce qui peut être caractérisé comme étant officiel ou conventionnel.
Cette vérité recherchée va progressivement se révéler être une vérité qui ne peut se trouver dans les livres, une vérité que les institutions ne peuvent offrir, une vérité qui est vivante et qui ne peut se rencontrer qu'en soi-même.
Cet éveil est par conséquent une invitation, non pas à se recueillir dans un temple qui soit extérieur à soi, non pas à faire confiance aux dires d'une institution en particulier, mais à se recueillir en le temple le plus sacré qui puisse exister, le corps de l'Homme, à placer sa confiance en cet Amour, qui est en soi, en son cœur.
Car en effet, aucun sauveur ou institution n'a le pouvoir d'offrir le salut véritable, seul l'Amour a ce pouvoir, et cet Amour s'accueille et se découvre en soi, par le fait d'ouvrir son cœur.

 

Cet éveil peut donc participer à déstabiliser l'être et il est possible, en ces débuts d'éveil, que le sentiment d'être perdu puisse se manifester.  
Cela est lié à l'ouverture du cœur progressive qui bouscule les croyances et qui va permettre le principe d'ascension par la réception de Lumière. Cette Lumière va commencer à dissoudre les croyances pour permettre le principe d'inversion d'avec la personnalité qui est un ensemble de croyances auquel l'être s'identifiait et qui lui offrait la croyance d'exister avant sa naissance en tant qu'être de Lumière.
Cette imprégnation de Lumière peut se ressentir d'une manière physique au début, à différents endroits du corps physique, comme un feu intérieur qui brûle les croyances, à l'image des volcans qui entrent en éruption à différents endroits de la planète en ce moment, comme un appel à en finir avec l'ancienne réalité.
Ce principe est naturel, il est temporaire et ne va pas durer, c'est ce qui va permettre progressivement l'inversion à mesure que le cœur s'ouvre et que la foi avec l'étincelle intérieure se renforce.

Le passage dans le cœur est un moment de transition où l'être va osciller entre les croyances constituant la personnalité qui lui sont connues, et l'étincelle intérieure qui, pour le moment, lui est inconnu.
C'est un moment où l'expérience de la dualité est très intense, où l'être s'éveille à la fois au système blanc et au système noir, qu'il voit pour le moment dissociés, n'ayant pas encore intégré l'Unité, et où les peurs, de par l'ouverture du cœur et l'émergence de la sensibilité lui étant propre, vont potentiellement être plus intense et plus difficile à gérer au début. 

Il est donc possible que cette étape soit quelque peu inconfortable intérieurement, cet inconfort est créé par le doute, du fait que l'être soit encore dans cette instabilité intérieure et n'ait pas encore entièrement renforcé sa foi avec l'étincelle intérieure. 
Ainsi, plus celui-ci placera sa confiance en cette étincelle intérieure plutôt qu'en des croyances extérieures, plus cela permettra le processus d'inversion d'avec la personnalité, qui lui donnera progressivement une nouvelle stabilité à partir de son étincelle de Lumière. 
Cela permettra ensuite l'intégration progressive de la Connaissance, des principes universels, et ainsi la suppression du doute.
L'être ici est un authentique converti, il est passé de l'ombre à la Lumière.

Cette nouvelle stabilité correspond au passage dans une nouvelle densité, il faudra un temps ensuite pour que la personnalité s'abandonne entièrement et que l'être se réalise consciemment dans sa véritable nature. 
C'est une nouvelle étape où la Conscience va s'expanser et où l'être va développer l'Intelligence du cœur, d'une part par le fait d'accueillir l'Amour, l'absence, et d'une autre par le fait de grandir en sagesse et d'aider autrui, principe permettant la construction du corps de Lumière.
En cette nouvelle densité, l'expérience de la dualité est réduite, l'être est plus en mesure d'accepter l'existence de la voie négative et ne l'assimile plus spécialement comme une voie d'égarement.
Plus celui-ci évolue en cette densité, plus il considère au contraire que les êtres évoluant en le système opposé ont un intérêt quant à son évolution, et notamment par le fait qu'ils lui permettent la révélation des parts d'ombre restantes à purifier.
Cela peut être vu comme une opportunité pour lui, où le pole opposé lui donne la possibilité de révéler ces parts d'ombre enfouis, permettant ainsi leur mise en Lumière et leur purification.

Selon la nature propre à chacun, et notamment ici de la sensibilité, le début de l'ouverture du centre énergétique du cœur peut se révéler être un moment très intense intérieurement, où il est possible que l'être recherche à fuir ses expériences de vie afin de se consacrer exclusivement à son éveil intérieur et à sa reconnaissance de l'Amour.
Cette consécration est naturelle et fait partie du cheminement intérieur, mais le fait de fuir ses expériences de vie peut vite se révéler être contre-productif en réalité.
Cette fuite vient aussi du fait que l'être, de par son expérience intense de la dualité relative à la densité en laquelle il se trouve, perçoit la notion relative de la réalité, la Lumière, comme étant dissociée de la notion absolue, l'Amour.
La Lumière est ce qui permet l'existence du mouvement, de l'expérience de la vie, c'est le principe d'unicité, soi. Chaque être est tout ce qui est d'un point de vue unique. Ce principe est indissociable de la notion absolue, de l'Amour, la Conscience, il ne fait qu'Un avec celui-ci.
La notion relative n'est donc pas moins importante que la notion absolue, toutes deux se complètent et existent l'une grâce à l'autre.
La Lumière est ce qui permet l'expérience de l'Amour, sa Connaissance, sans ce principe d'unicité ou de singularité, l'Amour n'aurait aucune vraie existence, autrement dit rien qui puisse le refléter. 

La Lumière permet ainsi la révélation de l'Amour, en d'autres termes, les Âmes sont le reflet de l'Absolu, sa manifestation.
Une singularité consciente est un corps d'Amour et de Lumière, elle incarne à la fois l'Unité et l'Univers, qui sont deux principes indissociables, une singularité est un multiple de l'Unité.
Il n'y a que l'Un, une singularité encore en développement est donc cet Un, mais en cours de reformation.


Ainsi, si l'être n'est pas au courant en ce début d'intégration que ces deux facettes sont indissociables et que toutes deux forment la réalité, il se peut qu'il soit dans le rejet de cette notion relative, afin de se consacrer exclusivement à la notion absolue, la Conscience.
Pour cet être ici, la notion relative n'a pas d'importance voire de réalité, comparée à la notion absolue, à la Conscience.

De ce fait, c'est une intégration de la réalité qui va commencer d'une manière plus extrême. En effet, de par le rejet de la notion relative, autrement dit des expériences de vie, cette intégration va débuter par un déséquilibre prononcé pour l'Absolu. Il est donc possible que ce début d'intégration soit inconfortable intérieurement.
Cela est dû au fait que l'énergie relative au non-manifesté est plus légère, plus subtil, si cette énergie n'est pas équilibrée avec celle qui est relative au manifesté, l'être va manquer d'ancrage à la Terre et cela va participer à le déraciner. 

C'est une expérience qui peut se révéler être peu agréable intérieurement et où il va être nécessaire par la suite de rééquilibrer avec la notion relative.
 

Quoi qu'il en soit, l'être devra rééquilibrer l'Amour avec la Lumière, c'est-à-dire avec les expériences de vie, pour permettre le principe de réalisation spirituelle. Qui plus est, il est possible que l'être qui choisit cette variante de réalisation voit son évolution temporairement compromise.
En effet, les expériences de vie représentent aussi des apprentissages et des enseignements de l'Amour, elles permettent d'acquérir une certaine maturité intérieure ainsi qu'une certaine compréhension. 

Cela permet justement par la suite l'intégration du principe divin qui a deux facettes donc, féminin (absolu/non-manifesté) et masculin (relatif/manifesté).
Ainsi, si l'être n'a pas une expérience de la notion relative qui soit suffisante, il se peut que l'intégration du principe divin ne puisse aboutir pour le moment.
L'intégration de la réalité dont il est ici question n'offre pas d'expériences psychiques/mystiques, elle n'est pas relative au psychisme humain, c'est un processus de guérison/dissolution (Amour) et de purification/construction (Lumière).
Cette intégration va permettre au contraire de nettoyer l'intégralité de ce psychisme pour qu'il ne reste que l'Amour et la Lumière dans leur nature réelle.
Si l'être n'a pas encore une expérience suffisante de cette notion relative, il se peut qu'il confonde ces états psychiques en lesquels il stagne avec la réalité.
Ainsi, seule une expérience plus profonde du manifesté lui permettra d'outrepasser ces états psychiques et d'intégrer le principe divin dans sa nature réelle.  

 

Les Âmes qui choisissent cette voie extrême d'intégration peuvent aussi avoir tendance dans les débuts à rejeter le principe d'évolution et de chemin, à la recherche du principe absolu et d'une réalisation qui soit soudaine.
Ce qui ne peut être possible en réalité, car la réalisation spirituelle est un processus progressif, l'intégration du principe divin ne peut être soudaine.
C'est tout un processus de guérison, de purification et de construction/développement, c'est un processus qui appartient à la relativité et donc qui demande du temps et de la patience.
Il existe également toute une transformation du corps physique, qui devient plus subtil au fur et à mesure que l'être évolue et grandit en conscience.

Ce n'est qu'avec plus de temps et de recul sur son début d'éveil intérieur que l'être prendra conscience qu'il existe un chemin, un principe d'évolution et différentes étapes, différentes densités, jusqu'à la réalisation spirituelle.  
Ce processus va être cependant plus rapide pour certaines Âmes, et notamment pour celles qui se retrouvent par le processus d'activation de l'ADN.
Ce processus permet à ces Âmes de densités supérieures de retrouver leur niveau de conscience dans l'incarnation.
Celles-ci vont donc tout pareillement vivre ce processus intérieur, mais d'une manière qui soit accélérée, puisque l'ADN contient déjà les corps correspondant aux densités supérieures.

 

De manière logique, il existe donc une voie plus équilibrée, où dès le départ l'être ne renie pas ses expériences de vie et où celui-ci comprend qu'il existe un principe de chemin, d'évolution, et un principe d'unicité ou singularité qui est soi et qui est indissociable de la Conscience.
Cela permet à l'être de rester ancré dans la manifestation et de débuter par une intégration qui va être plus douce et plus équilibrée. 
Ainsi, l'être va pouvoir accueillir l'Amour, le non-manifesté, dans la manifestation, en accord avec le rythme naturel de la vie et de l'évolution, tout en continuant ses expériences de vie dont il comprend la nécessité pour son évolution spirituelle.
L'ouverture progressive du cœur permet d'accueillir l'Amour en soi, qui est un principe absolu et parfait. C'est ce principe qui va permettre la guérison absolue, et ainsi d'offrir le principe de stabilité et de complétude.
L'Amour est le principe parfait que recherche tout être foncièrement, mais dans un premier temps à l'extérieur, dans les expériences de vie, qui sont impermanentes et relatives, celles-ci ne peuvent donc offrir une satisfaction qui dure et qui soit absolue.
Ce n'est qu'avec plus de temps et de maturité intérieure que l'être peut se mettre à la recherche de cette satisfaction à travers l'Absolu, l'Amour, qui est en lui, en son cœur. 

 

En notion absolue donc, tout est toujours déjà accomplis et parfait. Le sentiment d'imperfection et d'incomplétude est lié au fait que l'être n'ait pas encore intégré l'Amour. 
L'Amour est cet éternel présent, c'est l'immobilité, la vacuité. L'abandon au moment présent est donc une pratique qui peut aider à révéler l'Amour dans la manifestation.
Il ne s'agit pas ici d'un concept relatif à la personnalité, c'est-à-dire dans le sens où ce serait à une certaine personnalité de s'ancrer dans le moment présent, mais bien d'un abandon de la personnalité afin d'incarner le moment présent, de le devenir.
C'est un abandon à l'Amour, qui est un présent éternel, où l'être va poser son attention au niveau du cœur, qui est une porte sur le Non-manifesté. Cela correspond à un acte de Conscience où l'être cesse de s'identifier au mouvement intérieur, lié au corps mental et émotionnel.
C'est un abandon progressif des croyances, des pensées, des émotions, par le fait de ne plus les alimenter, c'est nourrir la Conscience, le Silence et l'Immobilité, c'est ce qui est appelé la méditation. Cette attention posée sur le cœur va progressivement permettre un début de connexion avec l'Amour.
Une fois ce début de connexion établie il va être nécessaire pour l'être de ralentir avec la spiritualité, cela tout en restant centré dans le cœur, dans l'accueil de l'Amour qui va progressivement s'installer dans le corps et commencer la guérison.
L'être va ainsi pouvoir intégrer cet Amour dans la notion relative de la réalité, en même temps qu'il pratique l'expérience de la vie, d'une manière qui soit plus confortable, naturelle et équilibrée.

Plus celui-ci cultivera cet Amour, qu'il puisse être à la fois pour son corps physique à travers un mode de vie plus naturel et plus respectueux de celui-ci, pour lui-même, mais aussi pour la nature ou pour les autres Âmes, plus cela permettra l'ouverture du cœur.

Il peut nourrir cet espace du cœur au quotidien, sans chercher de réalisation plus absolue dans l'instant, en accord avec le rythme naturel de la vie et de l'évolution.

Le voie d'apprentissage à partir du cœur demande de rester naturel, simple et paisible, à l'image de l'Amour, qui constitue la base de cette voie.
C'est un chemin d'accueil et de non-jugement, qui permet ainsi à l'être de rester centré dans le cœur. Les êtres qui évoluent sur cette voie ont tendance à être naturellement unis entre-eux, l'ouverture du cœur agissant comme un lien fraternel.
Qui plus est, ces Âmes ce savant en chemin, elles auront davantage tendance à être dans le respect et le non-jugement les unes envers les autres.
C'est un chemin d'Amour où il est important d'être patient avec soi-même, d'être dans l'acceptation de soi dans l'instant et dans cet accueil intérieur où les émotions et les parts d'ombre ne sont pas reniées ou considérées comme étant maléfiques, mais acceptées et accueillies avec Amour, permettant ainsi progressivement leur transmutation. Comme expliqué, ces parts d'ombre ou émotions sont des distorsions énergétiques relatives au monde d'incarnation, elles ne sont pas l'être, qui est Amour en vérité.

La douceur et la compassion envers soi-même, ainsi qu'envers les autres, est propre à cette voie du cœur. 

En ces débuts d'ouverture intérieure, il est possible cependant que le principe de personnalité se spiritualise, selon la nature propre à chacun.
Cela peut par la suite amener l'être à s'identifier à un nouveau rôle qui est celui de la personne spirituelle.
Ce rôle est propre à la personnalité, le fait de s'identifier a donc pour effet de nourrir cette même personnalité, produisant donc l'effet contraire de ce qui est recherché à travers la voie du cœur, qui est un chemin d'abandon où il est nécessaire de rester centré dans le cœur, au-delà de toute identification.
Cette nouvelle identification intérieure peut mener l'être à un nouvel enfermement psychologique, crée par la personnalité, pouvant aller jusqu'à compromettre temporairement son évolution.
Ainsi, seule une meilleure compréhension ou connaissance de l'être vis-à-vis de cela, lui permettra de se déshabiller de ce rôle et de revenir en cet espace du cœur, qui est libre de tout rôle, de tout conditionnement.
La personne spirituelle peut se caractériser par le fait qu'elle se croit déjà grandement éveillée et donc qu'elle n'a pas besoin d'évoluer, par des comportements particuliers tels que le fait de se sentir supérieure parce qu'elle est "éveillée", de se sentir plus divine et plus sachante que les autres, d'essayer de convertir autrui à ses croyances.
Elle peut aussi être davantage dans la réaction et le paraître, afin de montrer aux autres à quel point elle est spirituelle et pure, ce qui ne doit pas être confondu avec le rayonnement, qui est un principe naturel survenant à un certain moment de l'évolution de l'être.
Le rôle de la personne spirituelle peut paraître inévitable au début, compte tenu du fait que la personnalité ne s'est pas encore totalement abandonnée et cela même après le retournement intérieur, mais grâce à une meilleure connaissance, l'être pourra se défaire rapidement de ce rôle afin de revenir au naturel de lui-même et à l'essentiel, dans le cœur.

Comme évoqué ci-dessus, le passage dans le centre énergétique du cœur est une étape où les émotions, et notamment les peurs, peuvent être plus intense, ce qui rend les individus potentiellement plus sujet à la manipulation en ce début de voie et notamment de la part des Âmes évoluant dans le chemin opposé, la voie négative.
En effet, celles-ci pouvant voir en cette intensification de l'émotionnel une opportunité afin de les dominer et de grandir leur pouvoir personnel. 
Tant que l'être ne comprend pas le jeu de manipulation afin de le faire réagir, il continue de donner du pouvoir à celui qui le manipule, et notamment de par des actions, émotions ou pensées négatives, jusqu'à temps qu'il comprenne et cesse d'alimenter son jeu.
Les êtres sur la voie négative se nourrissent de ces émotions, des parts d'ombre des individus, qui permettent d'alimenter le système pyramidal et de grandir leur pouvoir personnel.
Afin de grandir leur pouvoir, elles vont donc mettre en oeuvre différentes manipulations, qui auront pour but d'entraîner une réaction émotionnelle.
Cela peut être en inventant de fausses histoires, en provoquant ou encore en manipulant les individus afin qu'ils se mettent à combattre ou défendre certains principes moraux.
Pour citer un exemple un concret, il pourrait être cité ici l'émergence du féminisme radical, dont l'objectif occulte est de nourrir une certaine haine et une certaine colère, des mouvements liés au racisme également, qui bien souvent produisent l'effet contraire en alimentant les dualités et les divisions, et qui entraînent aussi à des actes de destruction et de violence.
Tout cela est en lien avec des manipulations, qui ont pour but de nourrir le système négatif.

 

L'Amour est la base du chemin du cœur, qui est un pouvoir d'Unité universel. C'est donc un principe qui se situe au-delà des dualités bien/mal, au-delà des principes moraux.
L'Amour constitue ici un repère pour l'être, cela lui permet de rester centré dans le cœur, en cet Amour, qui est une vérité universelle et absolue.

 

Les Âmes engagées dans la voie négative peuvent aussi se servir des peurs des Âmes évoluant sur la voie du cœur pour les dominer. 
Par exemple, en nourrissant l'idée de l'existence d'un enfer elles peuvent continuer d'avoir un certain pouvoir sur une Âme ou un groupe d'Âmes, la peur cultivée peut permettre de grandir leur pouvoir personnel.
Cela s'est vu à plusieurs reprises dans l'histoire de l'Humanité à travers différentes sectes, mouvements politiques ou religieux, où les leaders de ces mouvements ont utilisé la peur dans un but de contrôle et de domination.

De manière générale, les Âmes engagées dans cette voie d'évolution profiteront de la faiblesse d'autrui, afin de les dominer et de servir leurs propres intérêts. 

Ce n'est qu'avec l'évolution intérieure que l'être deviendra de moins en moins manipulable, de par la purification progressive des émotions et l'expansion de la Conscience/Intelligence. 

 

Beaucoup d'Âmes en cette fin de cycle ressentent les effets psychologiques de ce système, et notamment dans certains milieux professionnels, où elles ressentent en leur cœur comme une impression d'avoir été utilisées. Celles-ci se sentent de moins en moins en résonance avec l'hypocrisie et les dualités, l'esprit de compétition et de chacun pour soi qui peut exister en ces milieux parfois toxiques psychologiquement.
Elles ressentent qu'il est temps de partir afin de se ressourcer, de revenir à des principes plus essentiels et plus à l'écoute et respectueux de soi.

L'évolution à travers le système pyramidal peut ne pas être adaptée à tous les êtres, et notamment à ceux plus sensibles qui bien souvent servent ce système sans avoir conscience de son existence, ni la compréhension de son fonctionnement. 
C'est un système où les êtres qui sont en bas de la pyramide travaillent et donnent beaucoup d'eux-mêmes pour finalement recevoir peu, permettant à ceux qui sont en haut de recevoir beaucoup tout en faisant peu. 

Beaucoup d'êtres qui ont fait l'expérience de ces milieux n'entrent désormais plus en résonance avec ce type de système, qui pour être payant implique de passer par des pratiques de manipulations et de tromperies, cela ne rentre plus en accord avec leurs valeurs. 

Les Âmes engagées à travers la voie du cœur ont quant à elle tendance dans les débuts à rejeter la voie négative, qu'elles considèrent comme étant une voie d'égarement de l'Âme, celles-ci ont du mal à l'accepter ou ne l'acceptent pas comme étant une voie légitime d'évolution. Leur sensibilité naturelle leur fait éprouver de la peur et de l'incompréhension quant à cette voie/système.
Comme expliqué, ce n'est que plus tard qu'elles seront davantage en mesure d'accepter son existence et sa légitimité, avec la compréhension et la sagesse, ainsi que de par la diminution de l'expérience de la dualité grâce au passage dans la densité suivante.

Ainsi, ce début d'ouverture du cœur peut se révéler être une expérience intense compte tenu de l'expérience Humaine. Une expérience n'ayant pas toujours été des plus paisible et où l'emprise négative peut être pesante et difficile à vivre pour certaines Âmes plus sensibles.
L'ouverture progressive du cœur est aussi d'une grande beauté et permet un contact plus profond avec ce qui est, avec la nature, avec le vivant.
C'est l'éveil à l'irrationnel, au féminin sacré tant manquant en nos sociétés où la raison est souvent cultivée à l'extrême. Cette culture de la raison à l'extrême peut participer à rendre ce début d'éveil plus déstabilisant, les êtres ayant généralement été habitué à croire d'être un corps physique, à croire que la naissance de ce corps ainsi que sa mort représente leur propre naissance et leur propre mort. Une éducation n'incluant aucun principe absolu, aucun principe singulier, aucun principe qui puisse perdurer après la mort. 

C'est aussi d'un autre côté ce qui rend cet éveil magique et encore plus beau, comme une bonne nouvelle que l'être n'aurait jamais espérée, celle d'être en réalité un principe éternel, inaltérable et divin en évolution, celle d'être un Univers en formation, celle d'être Amour et Lumière.

Je vous souhaite un Amour infini. 
Maxime.